La France, première nation du tourisme équestre

Publié le par
La France, première nation du tourisme équestre

Le tourisme équestre et ses valeurs attirent un public de plus en plus nombreux, à la recherche d’évasion et d’un contact privilégié avec la nature.

A l’heure où l’été s’achève, mais où les beaux jours sont encore là pour faire des randonnées, découvrons en quelques lignes ce qu’est le tourisme équestre.

En selle ou attelé, le cheval est idéal pour découvrir les plus beaux paysages de France et s’évader le temps d’une promenade ou d’une randonnée sur un ou plusieurs jours.

Le tourisme équestre séduit et attire un public de plus en plus nombreux, à la recherche d’évasion et d’un contact privilégié avec la nature. Les valeurs qu’il véhicule, respect du cheval, de la nature et de l’environnement, recherche de la sécurité, autonomie, responsabilité, convivialité correspondent à celles que recherche notre société actuelle.

Grâce à une organisation bien structurée de cette activité depuis plus de quarante ans, la France est actuellement la première nation de tourisme équestre.

Comité national de tourisme équestre : Partie intégrante de la FFE, le CNTE représentait en 2010 plus de 2 500 établissements équestres et associations de cavaliers pour 87 000 licenciés et un million de pratiquants. Il travaille en étroite collaboration avec les comités régionaux et départementaux de tourisme équestre.

Une devise : «Découvrir, progresser, participer» pour sept missions principales :

  • assurer aux cavaliers d’un jour et aux plus chevronnés des prestations de qualité en toute sécurité ;
  • informer les licenciés des grands événements et des pratiques du tourisme équestre ;
  • fédérer les établissements d’équitation d’extérieur et de loisir, promouvoir leurs produits et en favoriser la commercialisation ;
  • recenser, regrouper, structurer, promouvoir et protéger les sentiers, gîtes et relais d’étapes indispensables à la randonnée équestre ;
  • organiser les grands rendez-vous annuels qui rassemblent randonneurs et adeptes des disciplines du tourisme équestre ;
  • guider et accompagner les cavaliers randonneurs dans leur parcours ;
  • susciter et encourager les cavaliers étrangers à découvrir la France, exporter notre savoir-faire hors de l’Hexagone.

Texte repris intégralement du site La Depeche.fr

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Facebook Twitter Google Plus Email